Actualité, D3

Aywaille sombre contre Richelle

Lors d’une partie sous haute tension, Richelle s’est relevé de son revers contre Marloie. Par contre, les Aqualiens, de retour à la Porallée, ont une fois de plus subi un lourd revers. Quelles solutions?

D’entrée de jeu, une faute assez sèche de Gilles Pezzin méritait un avertissement. Alors que l’arbitre se limitait à un rappel verbal, ce premier fait de match installait une tension… qui ne retombera jamais.

Cela n’explique cependant pas la nouvelle déconvenue des Aqualiens, qui retrouvaient leurs installations de la Porallée. « Comme lors de nombreux matches précédents, on connaît cinq minutes de flottement qui nous coûtent cher après une première mi-temps correcte« , témoignait Patrick Fabbri. Néanmoins, Aywaille, qui avait concédé l’ouverture du score sur un corner loupé, ne s’octroyait aucune occasion. « On avait pourtant essayé avec trois avants mais le bon décalage ou la bonne passe finale manquait systématiquement.« 

Et que dire du retour des vestiaires. Euphorique pour un Richelle maitrisant son sujet, dramatique et fatal pour des Aqualiens dépassés et énervés. Ces lourdes défaites à répétition sont-elles de nature à pousser Patrick Fabbri à se retirer? « Je n’ai aucune envie d’abandonner, des solutions j’en ai encore. Mais il y a urgence: lors des trois prochains matches, il faut se mobiliser, rester concentré et solidaire afin d’engranger de nombreuses unités. On n’a plus de droit à l’erreur à Gouvy puis contre Bas-Oha avant de défier Dison.« 

Cette formation manque de confiance et de mental. Surtout d’un patron sur le terrain. Et en coulisses, que pense Philippe Dodrimont, le président du club? « Cette situation me désole car le club est au mieux sur de nombreux aspects. J’essaye de comprendre pourquoi ça ne marche pas. On doit se poser les bonnes questions, mais surtout trouver les bonnes réponses. Si les joueurs se battaient au moins la moitié de ce que les bénévoles apportent au club, on rencontrerait moins de problèmes.« 

Si le boss semble maintenir sa confiance en son coach, nul doute que des entrevues vont se fixer sous peu. Désappointé, le président avait pourtant tenté de booster l’équipe en s’adressant à eux avant le duel. « Je leur avais demandé de ne jamais faire preuve de découragement. Ils ont montré tout le contraire!« 

Ces soucis locaux ne doivent pas faire oublier les qualités et le sérieux affichés par les Richellois. « On a bien réagi suite à notre premier revers et marquer cinq buts fait d’autant plus plaisir que cela a permis d’offrir du temps de jeu à tous les réservistes« , souriait Benoît Waucomont. « Face à une équipe en plein doute, mettre le premier but nous mettait en position de force.« 

Source: Par Emmanuel Thyssen – La Meuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s