Actualité, D3

Une déception de plus pour Richelle

Beaucoup de questions qui se posent…

Nouvelle défaite pour Richelle, face à Habay cette fois. Un adversaire plus solide dans les duels, plus hargneux dans les reconversions et surtout très clinique en zone de finition. Une leçon de mentalité et d’abnégation. Une de plus…

Habay vient de prendre trois points amplement mérités. Car il en voulait plus, dans tous les compartiments du jeu. Abattu, le vestiaire de Richelle se mure dans un immense silence. Les têtes sont basses, et les regards fixent le vide. « Aujourd’hui, il vaut mieux que personne n’ouvre la bouche.« 

Benoît Waucomont se présente à nous, décontenancé. Pas une première dans un championnat qui commence à tourner au vinaigre pour Richelle. Le bilan chiffré fait froid dans le dos. 7 unités sur les 24 dernières en jeu. Famélique. « Les lacunes tactiques sont criantes, que veux-tu que je te dise d’autre? Cela ne va pas, dans trop de domaines. J’avais pourtant opéré des choix au coup d’envoi. Mais la déception reste de mise.« 

Revenir aux bases

Donner sa chance à certains, pour faire comprendre à d’autres qu’ils sont dans un creux. Inutile. Parce que les combinaisons sont restées stériles. Trop de touches avant de donner son ballon, pas assez de justesse dans les courses et un côté statique qui n’aura jamais permis de déstabiliser l’opposition. Alors certes, Hugo Gilon a eu l’ouverture du score au bout des pieds, via une lourde frappe bien détournée par Alois Reichert. Mais c’est bien trop peu que pour espérer quoi que ce soit. « Le groupe n’est pas dedans en ce moment, pas besoin d’épiloguer. En face, t’as des gars qui jouent juste, qui effectuent les bonnes courses et surtout, qui courent dans tous les sens. Chez nous, c’est plutôt je vais aller dans cette direction, sans réfléchir au meilleur moyen de revenir en cas de perte de balle. Nous avons la chance d’évoluer sur un synthétique mais nous ne savons pas l’utiliser. Si je devais compter le nombre de pertes de balle au cours des débats, je pense que nous venons de battre un record.« 

Fini de rire

Pas besoin d’être devin pour déceler l’amertume dans le chef du mentor. Lui qui n’y va pas par quatre chemins pour définir la semaine à venir. « Il va falloir parler, mais surtout en revenir aux bases. Car pour discuter, il faut jouer, et répondre présent. Alors, fini de rire, place au boulot et aux efforts à fournir pour se sortir de ce mauvais pas. » Car la saison ne ressemble pas aux habitudes richelloises. Le groupe n’a pas l’air d’être en mesure de se faire mal.

Et pourtant… « Il va falloir changer des choses« , conclut un Corentin Servais déconfit. « Parce que là, à force de faire les idiots, nous allons commencer à regarder derrière nous, ce qui n’est jamais bon. C’est incroyable de se faire battre comme cela, en offrant des buts sur un plateau d’argent. Sans efficacité dans les deux rectangles, nous n’y arriverons jamais.« 

Prendre conscience de ses manquements, la première étape vers la guérison.

Source: Ludovic Baeten – La Meuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s